Historique de la Genétouze


La commune de la Genétouze doit sans doute son existence à Richard Cœur de Lion. En effet, ce roi d'Angleterre possédant de nombreux fiefs dans l'Ouest du royaume fit don, probablement en partant à Jérusalem pour la troisième croisade, à l'ordre des prémontrés, par la charte datée du 5 mai 1190, d'une terre située en bas Poitou dans la forêt de la Roche sur Yon. Cette terre, les moines la nommèrent " Le Lieu-Dieu ", et ils y élevèrent une abbatiale. Ces moines défrichèrent et cultivèrent tant et si bien que peu à peu la vie s'organisa autour de la communauté et qu'un petit village s'établit sur les landes de genêts avoisinant la forêt. C'est sans doute ainsi qu'a commencé à vivre notre commune.

D'autres endroits attestent encore du passage des moines : la Mouzinière, jadis la Limouzière, dont l'étymologie (elecmosyna) semble marquer qu'en ce lieu on secourait les indigents. Au bout de huit ans, les moines demandèrent à leur bienfaiteur de leur faire don d'un autre domaine. Il leur échut une portion de la forêt de Jard sur Mer, qui se nomme aussi " Le Lieu-Dieu " en Jard. Ainsi, le 4 novembre 1198, les moines quittèrent la forêt de la Roche pour celle de Jard. Ils furent remplacés sur leurs terres par des fermiers qui continuèrent leur œuvre de culture… Ces gens de part leur situation étaient très considérés dans la paroisse. Les moines avaient si bien travaillé que, lorsqu'ils laissèrent les terres aux fermiers, elles rapportaient 9500 livres.


Le nom Genétouze vient vraisemblablement de " genista " qui signifie genêt ou lieu planté de genêts. A moins que l'on préfère chercher une étymologie dans la langue celtique, où le mot " gen " a, paraît-il, la signification de petit buisson. C'est sans doute la Genétouze qui a donné le nom de genots que l'on attribue aux habitants de la paroisse voisine : Le Poiré sur Vie.


La Chapelle Sainte-Radégonde

Son origine n'est pas connue de façon certaine.
Sans effacer la légende du miracle des avoines, il semble que son histoire s'établit comme nous le traduisent les archives paroissiales.

En 1190 Richard Cœur de Lion fonde au « Lieu-Dieu » le monastère des Prémontrés, c'est vraisemblablement l'époque à laquelle la chapelle a été construite. Elle souffrira du passage des bandes protestantes incendiant la région en 1568, mais sera épargnée par la Révolution. Par la suite, le sanctuaire tombera dans l'oubli et se détériorera peu à peu.

En 1863, l'intervention conjuguée des abbés Garnier du Poiré et surtout Orceau de la Genétouze, va organiser sa reconstruction en en respectant l'emplacement et les dimensions.

Les travaux, réalisés avec l'aide de nombreux bénévoles, iront bon train : la première pierre posée le 15 avril 1863 sera suivie de l'inauguration officielle, le 22 juillet de la même année ! En 1885 le vieil autel en bois est remplacé par l'autel actuel, ciselé par le sculpteur Morteau. En 1891 le curé Collanger fait placer le Chemin de Croix réalisé par la maison Chauvet de Paris. En 1931 l'abbé Loiseau fait lambrisser les murs par un artisan local : Monsieur Guibert.

2007 sera l'année du grand toilettage intérieur avec la mise en valeur des pierres en granit, la réfection du plafond en lambris sous éclairage indirect et la reconstitution des quatre vitraux à l'ancienne ainsi que des deux oculus ; travaux magnifiquement réalisés par les bénévoles paroissiaux et artisans locaux, financés par la municipalité.

La statue de SAINTE RADÉGONDE , rivée au-dessus de l'autel, date, elle, de 1635, elle a été classée monument historique le 05 septembre 1669. Elle est en bois et porte les attributs royaux.

Chaque année un pèlerinage est organisé sur les lieux le dimanche qui suit la fête du 15 Août.

Voir plus de photos

Église de la Genétouze

Mise en chantier en juillet 1903, elle sera ouverte aux paroissiens en octobre 1904.

Les cinq vitraux du chœur sont posés en 1923 et ceux du transept, réalisés par L Gouffault d'Orléans, en 1938.

En mars 1977, le chœur est entièrement rénové avec la mise en place de l'autel majeur en granit de Bretagne. Le petit autel en retrait, sera lui réalisé par un artisan local : Auguste Aubret et constitué, ainsi que les 2 ambons, d'éléments issus de l'ancienne chair.

Les années 1984 et 1985 verront les paroissiens bénévoles s'activer pour le toilettage de la sacristie et 1990 sera l'année des grands travaux de ravalement extérieurs et intérieurs. Un vernissage officiel clôturera le chantier en 1993, avec la mise en place des vitraux modernes de la nef et du clocher, œuvre de B. Renoncé. L'aménagement de la place avec sa fontaine complètera les travaux.

A signaler le panneau en chêne du Bon Pasteur et la statue du Baptême de Jésus remis en valeur en 1997.

Une statue de Marie anciennement érigée près de l'école sera également restaurée et placée à l'extérieur, côté rue, à l'occasion du centenaire fêté en 2003.

Les messes dominicales y sont célébrées tous les Samedis à 19 heures et le premier dimanche de chaque mois à 11 heures15.
Voir plus de photos


Copyright (C) 2008-2009. Tous droits réservés. Commune de la Genétouze .Dernière mise à jour : mercredi 20 septembre 2017